Chloe Cooley


Image: Chloe Cooley, esclave noire vendue de force le 14 mars 1873.


Le 14 mars 1793, Chloe Cooley, esclave noire vivant à Queenston, dans le Haut Canada, était ligotée et jetée dans un navire. Ainsi, on lui ferait traverser la rivière pour la vendre aux États Unis. Chloe Cooley a résisté à sa capture avec acharnement. Ses cris et ses mouvements de résistance ont attiré l'attention de Peter Martin, homme noir affranchi, qui a fait appel à un témoin, William Grisley, afin de signaler l'incident au lieutenant gouverneur John Graves Simcoe.

Simcoe appuyait l'abolition de l'esclavage bien avant son arrivée dans le Haut Canada. Il s'est servi de l'incident Chloe Cooley comme catalyseur pour proposer une loi visant à restreindre l'esclavage dans le Haut Canada (Act to Limit Slavery in Upper Canada), en 1793. La Chambre d'assemblée s'est opposée à cette motion : certains de ses membres étaient propriétaires d'esclaves. Toutefois, le gouvernement a négocié un compromis et le 9 juillet de la même année, l'Assemblée législative du Haut Canada adoptait « une loi visant à prévenir l'entrée d'autres esclaves et à limiter la durée du contrat de servitude » au sein de la province.

Bien qu'elle n'ait pas favorisé la libération immédiate des esclaves de la province, cette loi a interdit l'importation d'esclaves dans le Haut Canada et a autorisé l'abolition graduelle de l'esclavage. Dans tout l'Empire britannique, il s'agit de la première loi ayant limité l'esclavage et préparé le terrain pour le chemin de fer clandestin.

Une plaque provinciale commémore Chloe Cooley et la Loi de 1793 visant à restreindre l'esclavage dans le Haut-Canada
Il vous est possible de lire le texte commémoratif de la plaque provinciale sur Chloe Cooley et la Loi de 1793 visant à restreindre l’esclavage dans le Haut-Canada. Tiré du site Web the Ontario Heritage Trust.