Addie Aylestock


Image: Addie Aylestock (avec la permission de l'Ontario Black History Society/BME Christ Church St. James)


Aînée d'une famille de huit enfants établie à Glenallen, en Ontario, Addie Aylestock descendait d'une longue lignée qui avait élu domicile le long de la rivière Conestogo. Adolescente, elle se rendit dans la grande ville de Toronto attirée par les occasions qu'elle y voyait d'améliorer son sort. Pour subvenir à ses besoins, elle accepta une place de domestique (cuisinière et bonne) — le seul emploi possible pour les femmes noires de l'époque — ce qui lui permit de payer chambre et pension. Par la suite, Addie Aylestock ayant entendu l'appel de Dieu, fréquenta le Collège missionnaire médical dans l'espoir d'œuvrer en Afrique. Cependant, afin de se qualifier pour ce service ultime à l'étranger, il aurait fallu qu'elle aille aux États-Unis acquérir une autre formation.

Addie Aylestock décida dès lors de demeurer dans la métropole ontarienne pour se perfectionner au Collège biblique de Toronto (CBT), tout en fréquentant l'Église épiscopale méthodiste britannique (EEMB). Après avoir obtenu son diplôme du CBT en 1951, elle est devenue diaconesse de l'EEMB en 1959. Seul le rôle de diaconesse, qui consistait en l'animation spirituelle et communautaire, était offert aux femmes qui à l'époque, ne pouvaient accéder à aucun grade religieux supérieur. Toutefois, The Doctrine and Discipline of the British Methodist Episcopal Church, document qui présente les règlements de cette église, fit l'objet de modifications lors d'un congrès annuel, autorisant dès lors, l'ordination des femmes. Addie Aylestock est ainsi devenue la première femme ordonnée ministre du culte de l'EEMB et la première ministre du culte afro canadienne du pays. Étant donné l'éloignement en région et ce, partout au Canada, des églises de l'EEMB, Addie Aylestock réussit, pendant la vingtaine d'années consacrées à sa fonction de ministre du culte, à renforcer le développement et l'organisation des congrégations de l'EEMB en Ontario, plus précisément à Fort Erie, à Guelph, à Owen Sound, à Niagara Falls, à North Buxton et à St. Catharines, ainsi qu'à Montréal et à Halifax. Elle a également assumé le mandat de secrétaire générale du congrès de l'EEMB de 1958 à 1982.