Viola Desmond


Image: Viola Desmond, femme d'affaires noire, dut faire face à la discrimination raciale dans les années 1940.


Viola Desmond est née et a grandi à Halifax. Bien qu'elle ait acquis une formation d'enseignante, elle s'est associée par la suite avec son mari, Jack Desmond, afin d'ouvrir un salon de coiffure unisexe et un salon de beauté sur la rue Gottingen. Son entreprise a pris de l'expansion dans toute la province.

Un jour, en 1946, Viola Desmond dut se rendre à New Glasgow. Arrivée dans cette ville, elle éprouva des ennuis mécaniques et décida d'aller au cinéma tandis qu'on réparait son véhicule. Après avoir acheter un billet, elle entra dans le cinéma et prit un siège au rez-de-chaussée, ne sachant pas que les billets vendus aux Afro Canadiens de New Glasgow étaient destinés au balcon et que l'on réservait le rez de chaussée uniquement pour la clientèle blanche. Le personnel du cinéma exigea qu'elle aille s'asseoir au balcon, mais elle s'empressa de refuser car elle voyait mieux du rez-de-chaussée. La police fut appelée immédiatement et des agents traînèrent Viola Desmond à l'extérieur, lui causant une blessure à la hanche. Sans l'informer de ses droits, elle fut accusée et détenue toute la nuit en prison.

Soucieuse de conserver sa dignité, Viola Desmond passa la nuit assise bien droite dans sa cellule, en ayant soin de garder ses gants blancs (signe de raffinement et de distinction à l'époque). Le lendemain matin, malgré qu'elle n'ait rien fait de mal, elle défraya l'amende de 20 dollars qu'on lui avait imposée. En plus de cette amende, une accusation de fraude contre le gouvernement de la Nouvelle-Écosse fut portée contre elle, soit sur la différence de taxe entre une place au rez de chaussée et une place au balcon, qui s'établissait alors à un cent.

Lors de sa discussion avec le médecin qui lui avait prêté assistance, Viola Desmond décida de contester ces accusations. De toute évidence, le litige portait plutôt sur son statut d'Afro Canadienne et sur la politique d'aménagement raciste des sièges alors en vigueur, et non sur une fraude fiscale. En portant cette affaire devant les tribunaux, Viola Desmond a permis, par son expérience, de galvaniser l'opinion publique à l'échelle locale et internationale, et de sensibiliser le public à la réalité de la ségrégation canadienne.

L’affaire Viola Desmond
Photographies prises pendant un exposé en classe sur Viola Desmond, présenté par sa sœur, Wanda Robson. Tirées du site Web de la Riverview High School de Coxheath, en Nouvelle-Écosse.

L’affaire Viola Desmond
Bref compte-rendu du geste de défi qu’a posé Viola Desmond pour protester contre la loi ségrégationniste en 1946. Tiré du site Web du ministère canadien de la Justice.

Les femmes et les minorités
Ce discours rend hommage à Viola Desmond pour sa bravoure lors des protestations contre la ségrégation raciale. Tiré du site Web Rideau Hall Blog.